Lorsque la population active ne dispose pas des compétences pour lesquelles la demande est forte, cela conduit à une augmentation du taux de chômage alors que les postes vacants se multiplient et que la productivité et la croissance déclinent. Dans un monde en perpétuelle évolution, l’adaptabilité professionnelle constitue un enjeu RH majeur.

Deux éléments essentiels sont déterminants dans l’adaptabilité :

  • la capacité des employeurs à diversifier leurs sources de talents : élargir les champs de recherche géographique et sectorielle mais aussi mieux former les employés ;
  • la volonté des individus à s’adapter et à acquérir de nouvelles compétences.

L’étude Adapt to survive qui combinait les données collectées auprès des 277 millions de membres de Linkedin et la base de 2 600 employeurs dans le monde de PwC portait sur les raisons pour lesquelles certains pays sont plus performants dans l’art de permettre aux candidats de trouver les opportunités de carrière qui leur correspondent et sur les bonnes pratiques à suivre pour mieux y parvenir. Bien que publiée en avril 2014, cette étude reste toujours d’actualité et pertinente. Voyons quels en sont les principaux résultats.

Les principaux enseignements de l’étude

Les résultats de cette étude, présentée sous forme d’infographie en fin d’article, sont les suivants :

#1. Certains marchés sont plus adaptables que d’autres

Parmi les 11 marchés étudiés, les pays où l’adaptabilité professionnelle est la plus élevée sont les Pays-Bas, le Royaume-Uni et le Canada. Le plurilinguisme de la population active et la diversité des activités internationales sont des raisons invoquées. A l’inverse, l’Inde et la Chine se caractérisent par une moins grande adaptabilité de leurs actifs, ce qui peut s’expliquer notamment par un certain manque de diversification des secteurs d’activité.

#2. L’adaptabilité permet une plus grande productivité

Les marchés qui disposent des talents les plus adaptables sont plus efficaces et atteignent une plus grande productivité. Un meilleur alignement des talents entre l’employeur et l’employé aboutit à un meilleur retour sur investissement dans les organisations.

#3. Le fossé de compétences se réduira à mesure que l’adaptabilité augmentera

Le taux de chômage mondial continue d’augmenter tandis que des postes demeurent non pourvus. 63% des dirigeants d’entreprise dans le monde doutent de la disponibilité des compétences clés nécessaires pour ces postes à pourvoir. A mesure que les gens talentueux deviendront plus adaptables, l’écart entre la demande et l’offre de talents se réduira, ce qui devrait conduire à une meilleure performance économique.

#4. Faire des compromis sur le talent a un coût pour l’économie mondiale

Dans des marchés de talents peu adaptables, les candidats qui ne sont pas qualifiés pour les postes sur lesquels ils sont recrutés provoquent une augmentation des coûts de recrutement et d’ « onboarding ». En effet, le processus de recrutement dure plus longtemps et le turnover est élevé.

#5. La visibilité créée par les réseaux sociaux professionnels permet de meilleurs recrutements

Les réseaux sociaux professionnels ont ceci de bon qu’ils permettent aux organisations d’accéder à un large panel de talents ainsi qu’à des candidats passifs, i.e. ceux qui par définition ne sont pas en recherche active de poste. Plus de visibilité, combinée avec des talents adaptables ainsi que des employeurs à l’esprit ouvert, doit conduire à de meilleurs recrutements.

Travailler son adaptabilité professionnelle

La deuxième infographie, proposée par Linkedin et disponible ci-dessous, délivre 5 conseils à suivre pour améliorer son adaptabilité professionnelle.

#1. Se concentrer sur les compétences les plus demandées

Comme précisé plus haut, l’étude fait ressortir que 63% des dirigeants d’entreprise revendiquent leur inquiétude concernant une carence des compétences disponibles. Etre capable d’anticiper les compétences qui seront très demandées par les employeurs à l’avenir et d’investir dans leur apprentissage devient un véritable atout.

#2. Sortir des sentiers battus pour acquérir la bonne expérience

53% des employés interrogés par PwC ont déclaré être capables de partir travailler dans un pays moins développé que le leur si cela leur permettait d’acquérir la bonne expérience. Les organisations recherchent des individus qui réfléchissent à l’échelle monde et sont ouverts au changement, curieux et proactif. Il est impératif de garder l’esprit ouvert !

#3. Soigner sa présence en ligne

90% des employeurs utilisent des outils sociaux pour dénicher des talents. Impossible donc de faire l’impasse sur votre présence sur les médias sociaux. Les candidats doivent s’attacher à remplir correctement leur profil et élargir leur réseau en ligne afin d’augmenter leurs chances de se faire remarquer par un recruteur. Si la présence en ligne n’est pas une condition suffisante pour être recruté, elle est cependant de plus en plus nécessaire !

#4. Le marché du travail est mondial

L’étude le montre, dans certains pays, il est plus aisé de se requalifier et de changer de secteur d’activité que dans d’autres. Aller chercher les opportunités là où elles sont, dans les pays les plus adaptables, devient de plus en plus monnaie courante.

#5. Etre attentif à la culture d’entreprise

59% des individus de la génération Y recherchent des employeurs dont la culture d’entreprise reflète leurs propres valeurs. Cette culture se doit d’être adaptable, en permettant notamment aux employés de faire évoluer leur carrière au sein de l’organisation et d’acquérir de nouvelles compétences. Les candidats doivent donc rechercher une entreprise qui leur donne ces opportunités.

Et vous ? Comment jugez-vous votre niveau d’adaptabilité professionnelle ? En tant qu’employeur, avez-vous engagé des actions pour faciliter l’adaptabilité professionnelle de vos salariés ?

pwc_linkedin_infographie_3655-tips-to-futureproof-your-career-1-365